Un jour sans fin ...

Publié le par Maman hibou

A la naissance de mon premier ptit hibou, j'ai ressenti une émotion inconnue jusqu'alors . Joie, appréhension, un amour incommensurable envers ce petit chose. C'est une aventure assez incroyable de le porter tous ces longs mois dans son ventre, un choc émotionnel rare que de le mettre au monde , j'en ai pleuré de joie, c'était magnifique .

Mais tout ça n'est rien comparé aux premiers jours à la maison avec son enfant ! Un vrai cataclysme .

Et j'ai eu l'impression de vivre le même scénario que le film " un jour sans fin" .

Levée à 8h , la tête embrumée, l'oeil torve et les cheveux qui virent à l'ouest . Je dis "levée" mais j'aurais dû dire " éjectée du lit par des hurlements inhumains" . A ce moment là, l'esprit passe en mode automatique : Préparer le biberon, le mettre à chauffer et pendant qu'il chauffe, on va chercher l'auteur des cris, on change sa couche et on lui chantonne doucement que son biberon sera prêt dans 1 min - c'est d'une longueur incroyable 1 min quand on y pense -

Assise dans le canapé, le ptit hibou bien calé dans le creux du bras, lui même bien calé sur une pile de coussin, le calme reprend le dessus . Puis le ptit hibou est déposé et attaché dans son transat après un rot durement arraché à son petit estomac et vous profitez de sa phase de digestion bienheureuse pour prendre une douche de 4min30 (si vous êtes chanceuse ) Vous profitez de cette douche pour pleurer à chaudes larmes de fatigue .

S'en suit une journée rythmée exclusivement par l'estomac de votre progéniture ; couche, biberon, dodo sera désormais pour les semaines à venir votre unique emploi du temps et les moments de pause que vous aurez dans cet emploi du temps vous serviront non pas à siroter un café en lisant un magasine mais à lancer une machine, faire la vaisselle, ranger, nettoyer et pleurer ... de fatigue .

Le soir, quand finalement le papa du ptit hibou rentre , vous mangez chacun votre tour puis pendant qu'un des deux tente d'endormir son petit , l'autre ( moi, la maman du ptit hibou ) va se coucher la tête embrumée , l'oeil torve et les cheveux qui virent à l'est, parce qu'au milieu de la nuit, il faudra se sortir du lit pour nourrir l'affamé .

Cette journée s'est répétée pendant des semaines et je l'ai très mal vécu. Je crois que j'ai fait un baby blues . C'est ce qu'on me disait, je savais pas ce que c'était , tout était nouveau pour moi . Il y a forcément un lien , un connexion entre nous, mais je l'ai pas trouvée tout de suite. Je me suis sentie perdue et j'avais pas eu de formation pour m'occuper d'un bébé .

J'avais peur de mal faire, j'accourais à la seconde où il pleurait en me disant que moi, la maman, je devais faire en sorte qu'il ne pleure pas et qu'il soit bien et si il ne pleurait pas parce qu'il avait faim ou parce que sa couche était pleine, j'étais plus mal que lui mais il ne fallait pas qu'il le ressente alors je lui chantait des chansons, je le berçais doucement pendant des heures et je ressortais de ces jours épuisée nerveusement .

J'étais très entourée et ça n'a pas duré , mon ptit hibou, on a trouvé la connexion tous les deux !

Il faut croire que ça n'a pas été aussi traumatisant que a, puisque j'ai remis ça 2 ans après ... mais beaucoup plus sereinement

Publié dans Lui, moi, eux = nous

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Millie 31/03/2014 00:40

Je confirme, on se comprend... ! Une minute d'éternité, qui durent quelques vilaines semaines, et puis, on oublie... Et on rejoue... Quand deuz' est là, on se souvient... Et on sait que ça va passer... Ça aide une lumière au bout du tunnel, même si les minutes sont des éternités...
Après, certaines choses/états d'esprit/fragilités font que certaines choses roulent moins bien... Mais, si on sait s'écouter, on arrive à faire un genre de "part des choses", à se préserver pour mieux préserver les enfants... De mes craquages, j'ai appris une chose : Une maman heureuse est une meilleure maman. En ne leur donnant pas TOUT, on leur offre beaucoup plus ! (philosophie du dimanche soir, bonsoir ;) )

Cyrielle 28/03/2014 20:26

Je me retrouve à 100% dans ton article ! Comme tu dis, une minute peut sembler une éternité quand on a un petit loulou affamé et hurlant ;-)